Archives


mercredi 09 novembre 2016 - 17:00 : Conférences Jeunes chercheurs



Les « Conférences Jeunes Chercheurs » sont organisées pour permettre aux géographes récemment diplômés de l’Université de Liège de présenter des mémoires d’excellente qualité, récompensés par le Prix Sporck.

Christoph KITTEL, Bilan de masse en surface à haute résolution au Groenland à l’aide du modèle MAR et d’une technique de régionalisation couplée

Les principales incertitudes dans l’estimation du bilan de masse en surface (BMS) du Groenland sont situées aux marges de l’inlandsis. Seuls les modèles climatiques à (très) haute résolution peuvent limiter ces incertitudes, mais ils demandent un temps de calcul conséquent. Dès lors, une technique de régionalisation couplée a été implémentée dans le modèle MAR permettant d’utiliser le module de surface à haute résolution, tandis que le module atmosphérique fonctionne à basse résolution. Cette technique repose sur la correction de la température proche de la surface et l’humidité par un gradient de ces variables selon l’altitude. Par rapport aux observations in situ, la méthode donne de meilleurs résultats que MAR entièrement à basse résolution dans sa version standard. Néanmoins, les résultats de MAR standard interpolés a posteriori ne montrent pas de différences significatives avec les résultats issus de la régionalisation couplée.

Dorian  CLAEYS, Les périmètres de remembrement urbain (PRU) approuvés en Wallonie : coûts de transaction, formes d’appropriation et modalités d’application

Le périmètre de remembrement urbain (PRU) est un outil d’aménagement wallon mis en place en juin 2006. Il a été créé dans la philosophie de l’urbanisme de projet, dans un contexte de reconstruction de la ville sur la ville. Ses objectifs sont de favoriser le renouvellement urbain et de simplifier les procédures administratives. Les premières recherches sur l’outil ont démontré que, dans les faits, l’utilisation du PRU ne semble pas aussi efficace qu’espéré pour réduire les coûts de transaction (délais) d’une opération de remembrement urbain. De plus, elles ont mis en évidence deux formes d’appropriation de l’outil par les acteurs : une stratégie proactive et une stratégie d’opportunité. La mission de ce mémoire est de vérifier les conclusions des premières recherches dans le domaine, ainsi que de faire un bilan plus global de l’outil au moment même où le Code actuel de l’Aménagement (CWATUP) est appelé à être remplacé par le Code du Développement Territorial (CoDT). La méthodologie suivie comprend une analyse des dossiers de PRU approuvés et des entretiens auprès de témoins privilégiés. Les résultats confirment les premières conclusions en termes de réduction des délais et montrent l’apparition d’une nouvelle stratégie d’appropriation. En outre, il est apparu au cours de la recherche que l’utilisation de l’outil PRU semble avoir été compromise depuis quelques années, suite à une prise de position de la jurisprudence. Des propositions d’amélioration de l’outil sont émises en fin de travail.

Céline GOFFIN, Apport de la géomatique dans la modélisation d’un écoulement en région urbaine en 2D à l’aide de logiciels de SIG.

L’équipe du HECE (Hydraulics in environmental and civil engineering) de l’Université de Liège conçoit un modèle hydraulique d’inondation en région urbaine. Une approche à l’aide de techniques de géomatique a été sollicitée dans sa conception. Le présent mémoire propose des méthodologies construites à partir de logiciels de SIG (Système d’Information Géographique) en vue de les intégrer au modèle des ingénieurs. En outre, ce travail décrit une méthode basée sur les concepts de l’antialiasing pour représenter les éléments de voirie et de bâti de la région urbaine, sans généraliser l’information d’affectation à l’échelle du pixel. Il fournit également une méthode pour simuler la propagation d’un flux dans le modèle urbain, grâce à l’utilisation des algorithmes de « distance-cout ». Celle-ci s'avère toutefois trop générale pour représenter efficacement un écoulement. Ensuite, deux méthodes ont été élaborées pour travailler les valeurs de propagation à différentes résolutions. La première, basée sur l’agrégation des pixels en conservant la moyenne des valeurs issues de l’algorithme de « distance-cout », ne répond pas aux attentes. La seconde méthode, plus adéquate, calcule des coefficients de propagation en sortie de mailles grossières en considérant la moyenne des pixels en bordure de maille. Enfin, une technique pour extraire les axes centraux des voiries a été conçue. Il s’agit cependant d’une approximation, et les intersections des rues ne sont pas toujours placées correctement au centre des carrefours.