Archives


jeudi 19 avril 2018 - 17:00 : Conférence "Le site des Awirs et le vallon Schmerling – quand la karstologie rencontre l’archéologie dans un lieu patrimonial remarquable – nouvelles recherches et perspectives"



par Fernand Collin, directeur du Préhistomuseum de Ramioul et Luc Willems, collaborateur scientifique au département de géologie de l’Université de Liège

Localisé en rive gauche de la Meuse, sur la commune de Flémalle, le site des Awirs, sa carrière abandonnée et un vallon annexe au ruisseau éponyme ont fait l’objet de nombreuses études, surtout dans le domaine de l’archéologie. Connu pour être le lieu de la première découverte de Néandertal au monde par le Docteur Schmerling, père de la paléontologie, ce site n’a jamais été examiné sous l’angle de la karstogenèse.

D’un point de vue géologique, il représente un contexte très particulier, contact entre des calcaires viséens et des schistes alunifères namuriens, traversés par des filons essentiellement composés de sulfure de fer, de plomb et de zinc. Grâce à la présence de ces minerais, à leur exploitation, en particulier celle de l’alun (KAl(SO4)2), le vallon annexe présente un lieu d’étude remarquable pour la karstologie. Le surcreusement du vallon par extraction du schiste contenant ce minerai a dégagé une falaise de plusieurs dizaines de mètres de haut, contact géologique redressé entre les calcaires et les schistes. Celui-ci, mis artificiellement à nu, permet l'accès à des cavités profondes, sans connexion directe avec la surface et les eaux d’infiltration.

L’analyse des différents réseaux souterrains montre deux scénarios de karstogenèse particulièrement originaux. La première est liée à la libération d’acides issus de l’altération des sulfures contenus dans les filons ou dans les schistes alunifères. La seconde, plus complexe, serait due à la remontée de solutions profondes hydrothermales et à la présence de poches de gaz corrosif.

L’étude morphologique du site autorise la reconstitution du paléo vallon avant sa modification par l’exploitation minière. Cette reconstitution permet de déterminer les grottes qui étaient accessibles à la préhistoire en fonction de leur altitude respective. Une nouvelle prospection a ainsi mis en évidence de nouvelles cavités potentiellement intéressantes d’un point de vue archéologique, proche des lieux fouillés depuis le XIXe siècle.Les études entreprises récemment sur le site des Awirs confirment son caractère patrimonial exceptionnel et ouvrent de nouvelles perspectives tant dans le domaine de l’archéologie que dans celui de la karstogenèse.

Conférence gratuite, entrée libre.

Toutes les conférences de la Société Géographique de Liège se déroulent dans l'Amphithéâtre Sporck, à l'Institut de Géographie (bât. B11, suivre parking P12), Quartier Village 4, Clos Mercator 3, 4000 Liège (Sart-Tilman). Pour voir le plan, suivez le lien suivant : https://goo.gl/maps/BBim4MgeXDz