Archives


mercredi 07 octobre 2015 - 17:00 : Bilan de douze années (2002-2014) de limnologie satellitaire du Tanganyika



La fin du siècle dernier marque l’avènement d’une nouvelle génération de capteurs satellitaires à basse résolution spatiale tels SeaWiFs, MODIS et MERIS respectivement à bord de GeoEye's OrbView-2 (SeaStar), lancé en 1997, TERRA et AQUA, lancés en 1999 et 2002, et ENVISAT, lancé en 2002. Ils sont spécialement conçus pour l’analyse des processus océanographiques et limnologiques. Dans la gamme des longueurs d’onde du rayonnement visible et proche infra-rouge réfléchi par la colonne d’eau, leur résolution spectrale est adaptée à l’analyse de la couleur des océans. Dans la gamme des longueurs d’onde du rayonnement thermique émis par la surface des plans d’eau, ils permettent le calcul de sa température.

L’extraction, à partir des images enregistrées par ces capteurs, des paramètres bio-optiques (concentration en chl-a ou coefficient d’atténuation de la lumière dans l’eau) et de la température de la surface des eaux ne peut cependant être optimisée et validée qu’en exploitant des mesures réalisées in situ ou d’autres produits de télédétection (ArcLake). Nous présenterons, dans un premier temps, les difficultés de cette procédure d’extraction intrinsèques à l’observation des lacs et océans en général et au milieu lacustre des Grands Lacs Africains en particulier. Cela nous permettra de qualifier les produits obtenus (série temporelles d’images couvrant la période 2002-2014) et de souligner les risques de leur utilisation dans différentes applications.

Parmi ces applications, nous illustrerons notamment l’exploitation de ces séries temporelles pour une meilleure compréhension (quantitative et qualitative) de l’hydrodynamique du lac, de ses relations avec la production primaire et la gestion des pêches et avec l’épidémiologie du choléra réapparu dans les années ‘70 en Afrique de l’Est.

Avec la collaboration de N. Poncelet et S. Horion (ULg), P.-D. Plisnier (MRAC), J.P. Descy (UNamur), Chr. Coquyt (Jardin Botanique National de Belgique), E. Deleersnijder (UCL), J. Jacob (IMT), D. Bompangue et P. Giraudoux (Université de Franche-Comté), R. Piarroux (CHU La Timone, Marseille).